Autobuy : votre centrale d’achat de voitures d’occasion ...

Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est - Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie (Le Bolchévik) Décembre 2017

https://archive.li/ncqaV
Le Bolchévik nº 222 Décembre 2017
Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est
Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie
Pour une lutte de classe commune contre les impérialistes d'Europe !
Nous reproduisons ci-après la traduction d’un article de Spartaco (n° 80, septembre 2017), le journal de notre section italienne, la Lega trotskista d’Italia (LTd’I).
Du 27 juin au 18 juillet 2017, plus de 2 000 travailleurs ont fait grève à l’usine Fiat Chrysler Automobiles (FCA) de Kragujevac en Serbie, à 140 km au sud-est de Belgrade. Protestant contre des salaires de misère et des conditions de travail dégradées, ils revendiquaient une augmentation de salaire de 38 000 à 50 000 dinars (environ 416 euros par mois), des horaires d’équipe moins épuisants, le paiement de primes de production et une indemnité de transport. La grève de FCA Kragujevac a été l’une des plus longues dans l’histoire récente de la Fiat.
Les salaires chez FCA sont inférieurs en Serbie à la moyenne nationale, qui est dans ce pays d’environ 350 euros mensuels, soit environ le tiers du pouvoir d’achat du salaire moyen italien. L’an dernier, FCA a licencié quelque 900 travailleurs et imposé à ceux qui restaient des cadences bien pires. Les grévistes exigeaient que soit rendu public l’accord de 2008 par lequel le gouvernement serbe avait vendu à FCA les usines de Kragujevac. Cet accord est protégé par le secret d’Etat, pour dissimuler comment FCA s’est engraissée ces dix dernières années grâce aux subventions de l’Etat et à de multiples réductions d’impôt, tout en exploitant les travailleurs. Le mécontentement des travailleurs serbes est renforcé par le chauvinisme de FCA à leur encontre, comme la pratique de soumettre les ouvriers serbes à des superviseurs italiens, ce qui a provoqué des protestations à répétition au fil des ans.
FCA a rejeté les revendications des travailleurs avec son arrogance habituelle : aucune négociation sans l’arrêt préalable de la grève, et menace de fermeture de l’usine et de délocalisation de la production. Pour sa part, le gouvernement serbe, propriétaire d’un tiers de FCA en Serbie, a accusé les travailleurs d’être « manipulés » et de menacer l’avenir du pays en effrayant les investisseurs potentiels à la recherche d’une main-d’œuvre surexploitée et sans droits.
Les travailleurs ont rejeté les diktats de FCA et du gouvernement, mais les dirigeants de Samostalni Sindikat (le principal syndicat de l’usine), qui soutiennent les plans du gouvernement pour rendre la Serbie attractive comme source de profits pour les bourgeoisies impérialistes européennes, ont liquidé la grève le 19 juillet, contre la volonté des deux tiers des grévistes. Ils ont signé le 25 un nouveau contrat validant une augmentation de salaire de 6,7 % (9,5 % selon le syndicat) et le paiement d’une indemnité de transport. En échange, le syndicat a accepté de renoncer à toute grève dans les trois prochaines années. Cet accord a suscité un mécontentement généralisé dans l’usine, la grève ayant été prématurément liquidée par la bureaucratie syndicale.
La grève des travailleurs de FCA en Serbie avait une importance directe pour les travailleurs italiens, chez Fiat et au-delà : si les syndicats italiens s’étaient joints à leurs frères de classe serbes en lutte, non seulement ils leur auraient apporté une aide déterminante, mais ils se seraient eux-mêmes renforcés face à l’arrogance de la direction de Fiat, qui croit qu’elle peut éternellement imposer ses diktats à une main-d’œuvre terrifiée, soumise à la menace de « délocalisation ». Mais à l’exception de quelques délégués du syndicat USB de FCA Melfi [à l’Est de Naples], qui ont appelé à une grève de deux heures pour soutenir les travailleurs serbes, en général les bureaucrates qui dirigent les syndicats en Italie n’ont pas levé le petit doigt pour mobiliser les travailleurs de FCA au côté de leurs frères de classe serbes. Ils se sont limités à des lettres platoniques de solidarité demandant au gouvernement serbe d’intervenir pour « débloquer la situation » et réprimandant FCA pour « ne pas avoir rempli les obligations légales ». Ils ont ainsi réaffirmé qu’ils sont pour la collaboration de classe, en inculquant aux travailleurs des illusions dans la loi et l’Etat des capitalistes, et la collaboration avec leurs propres exploiteurs pour défendre la compétitivité et les profits de leurs entreprises – même lorsque cela signifie augmenter l’exploitation des travailleurs et renforcer la domination impérialiste de la bourgeoisie italienne sur les ouvriers des pays plus petits et plus faibles.
Déjà en 2010 la FIOM [la fédération syndicale de la métallurgie] avait saboté une lutte déterminante des ouvriers de Fiat. L’entreprise avait fermé l’usine de Termini Imerese (le dernier pôle industriel significatif en Sicile) en dénonçant unilatéralement l’accord d’entreprise. Elle avait créé une « newco » [nouvelle entreprise] à Pomigliano, en ne reprenant que les ouvriers prêts à accepter des termes aggravés. Plus de 40 % des travailleurs de Pomigliano avaient sèchement répondu « non » lors d’un référendum organisé parmi les employés de l’entreprise. Le « non » de Pomigliano avait été accueilli avec enthousiasme par les travailleurs de beaucoup d’usines, suscitant de grands espoirs. Mais les dirigeants de la FIOM, au lieu de mobiliser ses 300 000 adhérents, avaient décidé de ne compter que sur les « voies légales », laissant ainsi les ouvriers à la merci des juges capitalistes. Comme Fiat menaçait de délocaliser la production de certains modèles de voiture de Mirafiori [Turin] à Kragujevac, Liberazione (à l’époque le journal de Rifondazione comunista) s’était prosterné devant le protectionnisme national, poussant de hauts cris chauvins que « Fiat trahit l’Italie ».
Notre perspective est une perspective de classe et internationaliste. La classe ouvrière doit se défendre contre toutes les fermetures d’entreprises, les baisses de salaire et les attaques contre les conditions de travail. Tous les emplois doivent être défendus, que ce soit en Serbie, en Pologne, en Italie ou aux Etats-Unis. L’intérêt du mouvement ouvrier n’est pas de décider qui doit avoir un travail et où, mais de garantir, pour un même travail, un salaire et des conditions de travail égaux pour tous les travailleurs. Le protectionnisme nationaliste divise la classe ouvrière selon des lignes de fracture nationales, rendant ainsi impossible toute lutte défensive dans une industrie qui par nature s’étend au-delà des frontières nationales.
Une lutte contre l’exploitation impérialiste
La Serbie et l’ensemble de la région des Balkans ont récemment connu une montée des conflits de classe. La grève chez FCA a été précédée d’une grève de cinq jours en février chez Magneti Marelli, où les travailleurs ont obligé l’entreprise à satisfaire leurs revendications. A son tour, cette grève en a encouragé d’autres, comme à l’usine d’électroménager Gorenje où 600 ouvriers ont débrayé pour réclamer des augmentations de salaire et des conditions de travail décentes (ils travaillent à des températures de 40 degrés pour fabriquer… des réfrigérateurs !).
En juin , la majorité des 12 000 travailleurs des trois usines Volkswagen de Bratislava, la plus grande entreprise de Slovaquie, se sont mis en grève et ont bloqué la production pendant une semaine, arrachant une hausse de salaire de 14 %. Cette grève des ouvriers de Volkswagen avait été précédée d’une augmentation de salaire de 7,5 % dans les usines slovaques du groupe Kia, et d’une forte augmentation de salaire dans les usines automobiles allemandes de Hongrie.
Avec l’adhésion à l’UE, la Slovaquie est devenue une dépendance de l’impérialisme allemand et de ses géants de l’automobile. Elle est aujourd’hui le plus grand producteur de voitures par habitant dans le monde (1 million de voitures par an pour un peu plus de 5 millions d’habitants). Mais pendant qu’ils construisent des SUV de luxe pour le marché mondial, les travailleurs slovaques de Volkswagen, Kia ou Peugeot touchent des salaires qui représentent 40 % des salaires allemands.
Confrontés à la première grande grève en Slovaquie depuis la contre-révolution « de velours » de 1989, les porte-parole de la finance capitaliste ont commencé à s’inquiéter. Dans un article publié le 21 juin sur le site web Bloomberg.org, on pouvait ainsi lire :
« A beaucoup d’égards, la Slovaquie peut être considérée comme un modèle d’intégration dans l’Union européenne. Mais la grève en cours à l’usine Volkswagen de Bratislava fait comprendre combien l’Europe apparaît désunie vue depuis la frontière orientale de l’UE. Les Européens de l’Est ont souvent l’impression que leurs pays sont devenus des colonies de l’Europe occidentale, et ce sentiment pourrait représenter une menace plus grave pour l’UE que le Brexit. »
Le gouvernement serbe est dirigé par les nationalistes de droite du Parti progressiste serbe (SNS) du président Aleksandar Vucic. Le SNS est l’héritier du Parti radical serbe, un des protagonistes des massacres interethniques des années 1990. Vucic et le SNS veulent que le pays reste un réservoir de main-d’œuvre à bas coût pour les capitalistes d’Europe occidentale. En échange de prêts du Fonds monétaire international et de la perspective d’une adhésion à l’UE, ils mettent en œuvre des mesures d’austérité drastiques, notamment des coupes claires dans les dépenses publiques, la vente ou la fermeture des entreprises publiques et une réduction draconienne du nombre de fonctionnaires. La Première ministre Ana Brnabic a promis de supprimer 11 000 emplois dans le secteur public d’ici 2020, alors que le gouvernement Vucic en a déjà éliminé 80 000 ces quatre dernières années.
Les marxistes luttent pour détruire l’UE par la lutte de classe. L’UE est un bloc réactionnaire dominé par les impérialistes d’Europe, un outil pour piller les pays dépendants de l’Europe du Sud et de l’Est, pour accroître l’exploitation de la classe ouvrière dans toute l’Europe et contrôler les flux de main-d’œuvre immigrée. Nous revendiquons la sortie de l’Italie de l’UE et de l’euro. Nous nous opposons à toute nouvelle extension de l’UE, comme en Serbie, de même que nous nous sommes opposés à l’extension de l’UE aux pays d’Europe de l’Est en 2004 : nous savions que cela aggraverait l’oppression et l’exploitation des travailleurs de ces pays. L’extension de l’UE en Europe de l’Est a permis à la bourgeoisie allemande de réaliser le rêve impérialiste qui avait un temps été confié au Troisième Reich de Hitler : faire de l’Europe de l’Est son hinterland. Elle a également conféré d’énormes avantages à l’impérialisme italien, qui figure aujourd’hui parmi les principaux investisseurs en Europe de l’Est, et qui a une histoire sanglante d’aventures impérialistes dans les Balkans. Notre opposition à l’UE fait partie intégrante de notre perspective marxiste révolutionnaire : le renversement du capitalisme par la classe ouvrière et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle mondiale, qui permettra un développement qualitatif des forces productives et le dépassement de la division de la société en classes, ce qui constituera le point de départ pour un ordre communiste mondial.
Les fruits amers de la contre-révolution capitaliste
Les usines FCA de Kragujevac se trouvent sur l’ancien site de production Crvena Zastava (drapeau rouge), la fine fleur de l’industrie automobile yougoslave, qui a été pratiquement donné à la famille Agnelli et Cie par le gouvernement serbe en 2008. Elles témoignent de la misère et de l’exploitation qui ont résulté de la contre-révolution capitaliste qui, au début des années 1990, a détruit l’Union soviétique et les Etats ouvriers bureaucratiquement déformés d’Europe de l’Est, ouvrant ainsi la voie à la pénétration économique par les capitalistes occidentaux, qui ont pu mettre la main sur des sites industriels avancés et sur une main-d’œuvre instruite et qualifiée.
En 1999, pendant la campagne de bombardement de l’OTAN contre la Serbie, les usines Zastava furent bombardées et réduites, selon les termes du Chicago Tribune (16 juillet 1999), « à un dépotoir de métaux tordus et de machines noircies, parsemé de flaques de produits chimiques et de cratères béants ». Le même article expliquait :
« L’usine était tellement vitale pour la communauté que ses travailleurs s’étaient constitués en boucliers humains 24 heures sur 24, dormant sur le plancher pour dissuader l’OTAN de détruire leur gagne-pain. Des fax et des e-mails étaient envoyés dans le monde entier pour supplier : “S’il vous plaît, ne bombardez pas notre usine. S’il vous plaît, ne nous prenez pas notre emploi”. »
Mais les bombardiers de l’OTAN ont détruit l’usine de Zastava entre le 9 et le 12 avril 1999, faisant 131 blessés parmi les ouvriers. La Serbie tout entière a été rejetée 50 ans en arrière par les bombardements.
Nous avons à l’époque appelé à la défense militaire de cette petite nation contre l’attaque des impérialistes, qui avaient fait de l’Italie un porte-avions terrestre de l’OTAN (avant cette attaque, nous n’avions pris le côté d’aucune des forces en conflit dans les guerres fratricides qui avaient accompagné la contre-révolution en Yougoslavie). En Italie, le syndicat SLAI Cobas a soutenu la demande de solidarité émanant des ouvriers de Zastava et lancé une campagne de soutien financier. La LCI s’est jointe à cette campagne, et nous avons cherché à lui donner une dimension internationaliste prolétarienne en collectant des dons auprès des militants syndicaux et de gauche, depuis les Etats-Unis jusqu’en Afrique du Sud en passant par le Mexique.
A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le capitalisme fut renversé en Yougoslavie grâce à une révolution sociale interne. Toutefois, la Yougoslavie, comme les autres « démocraties populaires » d’Europe de l’Est, était dès sa naissance un Etat ouvrier déformé sous la domination d’une bureaucratie stalinienne, ce qui a jeté les bases de son effondrement ultérieur. Le régime de Tito accomplit d’immenses progrès dans la construction d’une véritable fédération multinationale. Mais les divisions nationales ne pouvaient pas être surmontées sur la base de la construction du « socialisme » dans un seul pays balkanique relativement arriéré. De fait, la décentralisation économique et le « socialisme de marché » qui faisaient la fierté de Tito amplifièrent énormément les disparités entre les différentes républiques et régions, si bien qu’à la fin des années 1980 le revenu par habitant des Slovènes était dix fois supérieur à celui de la population albanaise du Kosovo. De plus, la Yougoslavie fut un des premiers Etats ouvriers déformés de l’Est à hypothéquer son économie collectivisée auprès des banquiers occidentaux et à saigner l’économie du pays pour payer cette dette.
La destruction de l’Etat ouvrier yougoslave en 1991 a précipité les peuples de Yougoslavie dans un bain de sang fratricide, détruisant les grandes conquêtes de la révolution de 1945 : le renversement des rapports de propriété capitalistes et la fin des conflits nationalistes sanglants qui avaient historiquement déchiré les Balkans. La Ligue communiste internationale s’est battue pour la défense des Etats ouvriers déformés d’Europe de l’Est et de l’Union soviétique contre la restauration du capitalisme, tout en luttant en même temps pour une révolution politique pour instaurer un véritable pouvoir de conseils ouvriers basé sur un programme internationaliste.
A contrario, beaucoup de soi-disant « trotskystes » se sont rangés aux côtés des forces de la contre-révolution capitaliste. Par exemple, Sinistra classe rivoluzione (SCR), un groupe réformiste issu de Rifondazione comunista, a écrit divers articles sur les grèves en Serbie sans jamais mentionner le fait que la situation actuelle dans les Balkans est le produit historique de la contre-révolution capitaliste. La tendance Militant, dont est issue SCR, avait soutenu avec ferveur diverses forces contre-révolutionnaires en Union soviétique et en Europe de l’Est. Elle a ainsi soutenu en Pologne le « syndicat » jaune Solidarność financé par la CIA, les banques et le pape ; et en 1991 ses sympathisants russes de Rabochaya Demokratiya ont physiquement tenu les barricades d’Eltsine à Moscou au côté de la racaille contre-révolutionnaire russe, en prétendant que la victoire d’Eltsine était le « début d’un processus révolutionnaire antibureaucratique » (Rabochaya Demokratiya, juillet-août 1992).
Pour la lutte de classe internationale
Ce qui manque à la classe ouvrière, c’est son propre parti. Un parti basé non sur la collaboration de classe parlementaire avec la bourgeoisie mais sur les méthodes et les principes de la lutte de classe internationale, sur la compréhension que la fin de l’exploitation, de l’oppression nationale, de la misère et de toute oppression ne pourra devenir réalité qu’avec le renversement de l’Etat capitaliste et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle internationale, sous le pouvoir ouvrier. Un parti de ce type doit faire partie intégrante d’une Internationale régie par le centralisme démocratique et rassemblant l’avant-garde révolutionnaire de tous les pays.
Depuis sa naissance, le mouvement marxiste s’est forgé en étant conscient que la lutte de la classe ouvrière doit être internationale non seulement en idée, mais en pratique. Parmi ses premiers efforts organisés on peut citer les campagnes victorieuses menées parmi les travailleurs du textile d’Allemagne et de Belgique pour qu’ils refusent de servir de jaunes aux capitalistes anglais pendant la grève du textile de Londres et Edimbourg en 1866. Dans ses instructions aux délégués au Premier Congrès de l’Association internationale des travailleurs, qui se tint à Genève en 1866, Marx expliqua :
« Une des principales fonctions de l’Association, fonction remplie déjà avec grand succès dans différentes circonstances, est de contrecarrer les intriques des capitalistes, toujours prêts, dans les cas de grève ou de fermeture d’ateliers (lock-out), à user des ouvriers étrangers comme instrument pour étouffer les justes plaintes des travailleurs indigènes. C’est un des grands buts de l’Association de développer chez les ouvriers des différents pays non seulement le sentiment, mais le fait de leur fraternité et de les unir pour former l’armée de l’émancipation. »
Marx rappelait dans son discours inaugural devant l’Association internationale des travailleurs, en octobre 1864 :
« L’expérience du passé nous a appris comment l’oubli de ces liens fraternels qui doivent exister entre les travailleurs des différents pays et les exciter à se soutenir les uns les autres dans toutes leurs luttes pour l’affranchissement, sera puni par la défaite commune de leurs entreprises divisées. C’est poussés par cette pensée que les travailleurs de différents pays, réunis en un meeting public à Saint-Martin’s Hall le 28 septembre 1864, ont résolu de fonder l’Association Internationale. »
La Lega trotskista d’Italia est un petit groupe de propagande qui se bat pour construire une avant-garde révolutionnaire internationale ; elle cherche à faire prendre conscience aux éléments avancés de la classe ouvrière qu’il faut un parti révolutionnaire basé sur le programme marxiste. Une tâche cruciale de ce parti sera d’inculquer aux ouvriers un sentiment d’opposition inconciliable vis-à-vis des manœuvres impérialistes de leurs gouvernants, et de toutes les manifestations de l’oppression contre les minorités nationales, les femmes, les immigrés, etc. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Reforgez la Quatrième Internationale !
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/222/serbia.html
submitted by FinnagainsAwake to RepubliqueOuvriere [link] [comments]

«On ne les met pas au lit, on les jette » : enquête sur le quotidien d’une maison de retraite par Florence Aubenas

Une dizaine d’aides-soignantes de la maison de retraite Les Opalines, à Foucherans, ne travaillent plus depuis 100 jours, dans le silence national absolu.
C’était un matin comme les autres. Il était 7 heures en salle de relève, le début du service, les filles se tenaient prêtes dans leur uniforme blanc. Quelqu’un croit se souvenir que l’une pleurait déjà, mais pas très fort. Personne n’y faisait attention, l’habitude. La question rituelle est tombée : « Est-ce que vous êtes au complet ? »
La réponse, elles la connaissent toutes aux Opalines, un Ehpad – un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes – à Foucherans, dans le Jura. Chaque jour ou presque, les équipes d’aides-soignantes tournent en sous-effectif, pas de remplacement, ni des absentes ni des malades. Et toutes savent comment ça se passe dans ces cas-là derrière les portes fermées des chambres, ce qu’il leur faudra faire pour boucler le service à temps.
Une deuxième fille s’est mise à pleurer. C’était un matin comme les autres aux Opalines, mais peut-être le matin de trop. Depuis le 3 avril, une dizaine d’aides-soignantes mènent la grève la plus longue de France dans un silence national absolu.
Aux Opalines de Foucherans, 77 résidents, il faut savoir où on est. Certains ont vendu leur maison pour entrer ici. « Maman a élevé huit enfants seule, on voulait le mieux pour elle. On a attendu une place deux ans », raconte une fonctionnaire.
Dans cet établissement privé, les prix surplombent ceux de la région : 2 500 euros par mois contre 1 800 euros en moyenne, notamment dans le public. Le bâtiment a belle allure ; il a été inauguré il y a cinq ans, compte un jardin et de vastes chambres. Dans la salle à manger – on ne dit pas le réfectoire –, le personnel porte nœud papillon et chemise blanche, on sert du vin en carafe et l’apéritif le dimanche.
Salaires planchers Le personnel en grève dénonce des conditions de travail incompatibles avec le respect de la dignité des patients et une absence de dialogue avec la direction. « Quand papa est arrivé, il était ébloui. Il répétait : “C’est plus beau qu’un hôtel !”, dit un fils. Lui se souvient pourtant d’impressions fugitives, des sonnettes appelant dans le vide, un lit resté souillé, le pas-le-temps, le pas-toujours-très-net. Mais dans ces endroits-là, on ne pose pas vraiment de questions et on n’a pas vraiment de réponses. Chacun regarde ailleurs, espérant se convaincre qu’on ne pourrait pas mieux faire. »
A Foucherans, aucun mauvais traitement n’a d’ailleurs été signalé, ni rien d’exceptionnel. Le tragique est là, d’une certaine façon : c’est la vie quotidienne dans un Ehpad qu’une poignée de filles à bout de souffle vient soudain de mettre à nu.
Sur le parking de l’établissement, un vent brûlant secoue la tente des grévistes. On dit « les filles » bien qu’il y ait aussi un garçon, tant le métier est estampillé « boulot de femme », avec son lot d’ingratitudes et ses salaires au plancher : 1 250 euros net à Foucherans, pour des journées de dix heures et deux week-ends travaillés.
« Les filles », donc, s’efforcent de paraître vaillantes, mais on les sent à cran à plus de trois mois de grève, balançant de l’euphorie au désespoir. A ce stade d’épuisement, elles se sont mises à raconter ce qu’on ne partage pas d’habitude, ou alors seulement entre soi, et encore pas toujours.
L’une commence, tout doux : « Le matin, on les lève sans leur demander leur avis. On sait déjà qu’on n’aura pas le temps : quinze minutes pour la toilette, l’habillement, le petit déjeuner, les médicaments. Alors, il faut choisir. Est-ce qu’on lave les cheveux ? Ou les dents ? La douche hebdomadaire, c’est rare qu’on la tienne. »
Certains résidents sont nourris à la cuillère, des plats mixés. « Il m’arrive d’en avoir cinq ou six en même temps », dit une grande brune. Elle tend les bras, mimant le buste qui pivote à toute allure. « J’ai l’impression de faire du gavage. »
Cadences infernales Piquet de grève devant la maison de retraite Les Opalines, à Foucherans (Jura), le 16 juin. Et d’un coup, le piquet de grève ressemble à un confessionnal dans la fumée des cigarettes. « Quand je rentre à la maison, je suis une pile électrique, explique une autre. Je me sens mal d’avoir dit à celui-là : “Dépêchez-vous !” Comment il peut faire, il a 90 ans ! On cautionne. Je culpabilise. »
Soudain, les images se mettent à défiler sous la tente des grévistes, les couches qu’on change alors que le résident est debout, en train d’avaler son goûter. Tenir la cadence, toujours. Une autre raconte l’angoisse qui monte à mesure que le soir tombe dans les chambres des Opalines.
« Vous serez là demain ? », demande un homme à l’aide-soignante. Il est dans les choses graves, il veut raconter. La « fille » répond : « Je reviens tout de suite. » Bien sûr, elle ne revient pas. « On ne fait que leur mentir. »Temps du coucher : 3 min 41. « On ne les met pas au lit, on les jette. » Il faut trouver la bonne distance, ne pas s’attacher, recommandent les formateurs. « C’est difficile. On vit dans leur intimité, on leur lave le sexe », dit l’une. Elle se souvient de l’enterrement d’un résident, où elle en avait appris davantage sur lui que pendant ses années à l’Ehpad.
Il serait rassurant de voir Foucherans comme une exception. Pas du tout. Il se situe dans la moyenne nationale, avec environ 55 professionnels pour 100 résidents. Pas suffisant. Tout le monde sait qu’il en faut au moins 80. C’est le cas en Allemagne ; la Suisse ou les pays nordiques en sont à 1 pour 1. La France, en revanche, n’a entériné aucune norme – question de budget –, et le secteur compte plus d’accidents et de maladies professionnels que le BTP. Sous la tente des grévistes, une dame dépose en solidarité un sac de courses, pris au supermarché en face. Depuis trois mois, « les filles » vivent de collectes et de colis alimentaires. Elles ont de 20 à 50 ans.
A Foucherans, des résidents appellent les aides-soignantes « les courants d’air ». Des surnoms circulent, « la libellule » ou « la danseuse étoile ». « Vous avez vu comme elles sont fatiguées ? C’est à cause de nous. J’ai honte », dit madame Z., 91 ans. Parfois, elle voudrait qu’on la conduise aux toilettes : « Je vois qu’elles n’en peuvent plus. Alors je fais dans ma couche. »
Mais surtout, ne rien dire aux enfants. Ne pas les inquiéter. Monsieur D., 83 ans, est le seul à pousser le déambulateur jusqu’au piquet de grève. « On sait que vous allez les voir », lui aurait glissé l’encadrement. Lui se récrie : « C’est mon droit. » Certains auraient été convoqués pour avoir témoigné. « A table, personne n’en parle, on n’a pas de voix là-dedans », dit monsieur D.
Questions de principes Et à leur tour, les résidents évoquent les histoires terribles et minuscules, qui forment ici leur univers. « Ceux dont les proches rouspètent arrivent à se faire entendre. Mais quand on est tout seul, sans visite, sans famille, on n’existe pas », dit l’une.
Pour l’inauguration de l’Ehpad, en 2012, « les huiles du département avaient été invitées à boire le champagne. Nous, on était parqués au premier étage sans une cacahuète. Rien de grave, bien sûr, mais ça donne une idée de notre place ici », raconte un autre.
Un grand soir, pourtant, reste dans les mémoires : « la révolte des raviolis ». Deux repas de suite, des raviolis avaient été servis, « et en petite quantité », se souvient une dame. Toute la salle à manger avait posé la fourchette. « On était fières d’eux », dit une aide-soignante. Pour pallier le débrayage, des vacataires ont été réquisitionnés et quatorze résidents transférés provisoirement.
Au-delà des Opalines, « c’est le système entier qui génère des formes de maltraitance, une situation totalement niée par notre société, explique Pascal Champvert, de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). Je ne vous dirai pas le nombre de politiques qui m’ont expliqué : “Je ne veux pas le voir, ça me fait trop peur.” »
En 2012, une proposition avait fait scandale : Jean-Marie Delarue, alors contrôleur des lieux de privation de liberté, revendiquait d’inspecter les Ehpad, comme les prisons ou les hôpitaux psychiatriques. « Un risque important existe d’atteintes aux droits fondamentaux, y compris involontaires », plaide Delarue aujourd’hui encore. Refus du gouvernement.
« ON NE SE BAT PLUS SEULEMENT POUR LES SOUS, MAIS POUR LA DIGNITÉ. » ANNE-SOPHIE PELLETIER, PORTE-PAROLE DU MOUVEMENT Dans le bureau de Véronique Steff, directrice de Foucherans, on entend gazouiller les oiseaux dans la volière et la télé dans le salon. La directrice est à cran. Elle reconnaît « un planning tendu » depuis des mois, « une fatigue des salariées ».
Deux postes d’aides-soignantes ont été créés pour tenter d’apaiser la grève, grâce à Pierre Pribile, directeur général de l’Agence régionale de santé, qui finance le volet médical des Ehpad, y compris privés.
De leur côté, « les filles » ont abandonné une revendication : 100 euros d’augmentation par mois. Les pourparlers buttent encore sur la prime du dimanche, fixée à 23 euros, même pas de quoi faire garder les enfants. Les grévistes demandent qu’elle soit doublée. « Ce n’est pas grand-chose », laisse tomber Philippe Gevrey, directeur général de la SGMR-Opalines, dans une interview au Progrès (il n’a pas répondu au Monde). Mais il y voit une affaire de principe.
Huitième groupe privé français, la SGMR a prévu des négociations globales pour ses 46 Ehpad à l’automne : pas question de lâcher quoi que ce soit avant. Un accord sur une « indemnité exceptionnelle » pourrait débloquer la situation. « Les grévistes y sont d’autant plus attachées qu’elles veulent la reconnaissance par la direction qu’elles en ont bavé », explique la préfecture. Les filles demandent 600 euros. La SGMR bloque : ce sera 375 euros ou rien du tout.
« Vocation » « On ne se bat plus seulement pour les sous, mais pour la dignité », dit Anne-Sophie Pelletier, porte-parole du mouvement. Longtemps, aux Opalines, les filles ne se plaignaient même pas entre elles, par peur d’un conseil disciplinaire.
Quand elles ont osé le mot « grève », au printemps, « la coordinatrice a posé son stylo et elle a rigolé », se souvient l’une. Puis un cadre leur a lancé : « Vous n’aurez rien, ni aujourd’hui ni demain ni jamais. » Anne-Sophie Pelletier reprend : « On ne s’est pas senties écoutées. » Les autres la regardent comme si elle avait traversé la ligne de feu : « Anne-Sophie est cramée. Qu’est-ce qui lui arrivera après la grève ? Et à nous toutes ? »
Ici, on se souvient de Melissa, une employée modèle, virée en 2015, alors qu’elle comptait monter une section CGT. « J’ai pas pleuré devant eux, j’ai attendu d’être dans la voiture », dit cette dernière.
A Foucherans, seules des salariées en contrat à durée indéterminée (CDI) font grève, mais aucune parmi la dizaine en contrat à durée déterminée (CDD). Cynthia ne se le serait pas permis non plus, à l’époque où elle bossait là.
D’août 2012 à février 2015, elle a enchaîné 79 contrats précaires. Sans permis, sans diplôme, elle ne disait jamais non. Elle a même fini sa vacation le jour de son licenciement, pour une histoire de planning. « Il faut s’écraser. On est des pions », dit-elle. Les prud’hommes lui ont donné raison ; à Melissa aussi. D’autres Ehpad ont déjà fait grève, sans fédérer de revendications nationales. A Foucherans, la CGT et la CFDT ont apporté leur soutien.
Sous la tente, « les filles » parlent de vocation. « On aime notre travail. »Et puis, il y a les crédits de la maison, de la voiture. « Ailleurs, il faudrait repartir en CDD, ça fait peur. » La grève vient de passer les cent jours, leurs familles en ont pris un coup. Les filles ont envoyé un SOS à la préfecture. « Qu’est-ce qu’il faudrait faire, maintenant ? Qu’une de nous se suicide sur le parking ? »
Source :
http://www.lemonde.fsociete/article/2017/07/18/dans-le-jura-la-greve-la-plus-longue-de-france_5162040_3224.html
submitted by GrenobleLyon to france [link] [comments]

« Unité nationale » : au profit des patrons, aux dépens des travailleurs - La catastrophe du tsunami au Japon et les crimes du capitalisme (Juin 2011)

https://archive.is/acjB2
Le Bolchévik nº 196 Juin 2011
« Unité nationale » : au profit des patrons, aux dépens des travailleurs
La catastrophe du tsunami au Japon et les crimes du capitalisme
Nous reproduisons ci-dessous un article de Workers Vanguard (n° 978, 15 avril), journal de notre section américaine, rédigé sur la base de rapports écrits par nos camarades du Groupe spartaciste Japon.
12 avril – Le très violent tremblement de terre, au large de la côte nord-est du Japon, et la série de tsunamis dévastateurs ont causé une tragédie humaine aux proportions gigantesques. Ce qui était l’une des régions les plus belles du pays a été réduit à l’état de décombres et certaines zones pourraient être inhabitables pour des dizaines d’années à cause de la contamination radioactive provenant de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. La région continue d’être secouée par de violentes répliques : le 7 avril une secousse de magnitude 7,1 a frappé une grande partie du nord-est, endommageant à nouveau le complexe nucléaire déjà touché et mettant hors service la production électrique de trois autres installations nucléaires. Aujourd’hui le gouvernement japonais a annoncé que la centrale de Fukushima avait émis un tel niveau de radiation que la gravité de la catastrophe nucléaire a été relevée au niveau maximum – un niveau égal à celui qui fut attribué en 1986 à l’accident de Tchernobyl, dans l’ex-Union soviétique.
Si des dizaines de milliers de personnes sont déjà mortes ou portées disparues, le nombre exact de personnes ayant perdu la vie pourrait rester à jamais inconnu car des familles entières et des pans entiers de villages ont été balayés par la mer. Pendant près d’un mois après le tsunami, la zone de 20 km autour de la centrale nucléaire était couverte des corps d’un millier de victimes du tsunami. On les a laissés se décomposer parce que le gouvernement, évoquant le haut niveau de radiation, refusait de les ramasser et de les enterrer. Des centaines de milliers de survivants sont toujours sans abri, transférés sans arrêt d’un centre d’évacuation à l’autre, nombre d’entre eux n’ayant toujours pas assez à manger. Beaucoup de centres et même certaines institutions médicales refusent l’accès à ceux qui n’ont pas reçu un certificat et un badge, qu’ils doivent porter en permanence, montrant qu’ils n’ont pas été exposés aux radiations.
Le gouvernement capitaliste se sert de cette tragédie comme justification pour enrégimenter la population. 40 % des effectifs de l’armée japonaise ont été déployés pour rétablir l’« ordre » dans les zones dévastées. Alors que des fournitures de première nécessité attendues en urgence sont retenues par les contrôles de sécurité, dans l’esprit de la croisade mondiale « antiterroriste » des impérialistes, ou sont retardées par l’indifférence bureaucratique habituelle, les médias bourgeois parlent de « pillages » de la part des survivants désespérés du tsunami et couvrent d’éloges l’armée pour ses mesures répressives. Pendant ce temps, la ville de Minami Soma recevait des centaines de caisses de nourriture et d’autres fournitures envoyées depuis l’étranger par des personnes ayant vu sur YouTube un appel du maire décrivant des habitants en proie à la faim, coincés dans les maisons et les abris alors que l’alerte nucléaire empêchait l’arrivée des cargaisons alimentaires du gouvernement (New York Times, 7 avril).
Dès le début, le gouvernement a menti sur l’ampleur des fuites radioactives à la centrale nucléaire endommagée, dans l’espoir d’apaiser la population. Mais moins de cinq heures après le séisme, d’après le Ministère de la Défense, le Premier ministre avait déclaré l’« état d’urgence nucléaire », ce qui indique clairement que la bourgeoisie était tout de suite consciente du danger.
La dissimulation, la désinformation et les mensonges débités par le gouvernement capitaliste continuent de mettre en danger la population dans les régions affectées et jusqu’à Tokyo, 250 km au sud. Alors que ceux qui en avaient les moyens financiers ont pu s’enfuir vers l’ouest du pays, la majorité de la classe ouvrière, surtout les pauvres, les malades et les personnes âgées, ont été abandonnés. Les gens quémandaient de la nourriture et des produits de première nécessité comme de l’eau en bouteille, des piles ou des radios, qui continuent de manquer dans les magasins. Ceux qui s’occupaient de leurs proches infirmes ont également été pris au piège ; au Japon, soi-disant par égard pour les valeurs confucéennes de respect envers les ancêtres, les pensions des travailleurs retraités sont très basses et la prise en charge des personnes âgées retombe sur la jeune génération de travailleurs.
Dans l’« attente de la fusion totale », les gens sont retournés dans la région du Grand Tokyo où on leur a annoncé que le lait et certains produits frais contenaient des traces de radioactivité, de même que l’eau du robinet. (Stupidement et cyniquement, le gouvernement leur a dit qu’il suffisait de faire bouillir l’eau à consommer.) Pendant trois semaines, des coupures tournantes de courant ont perturbé les transports, ainsi que le chauffage et l’éclairage des particuliers, hôpitaux et entreprises ; l’utilisation de l’énergie pendant les chaleurs estivales étouffantes va certainement être restreinte. Depuis quatre semaines, des centaines d’héroïques ouvriers des centrales électriques risquent leur vie pour reprendre le contrôle de la centrale nucléaire, s’exposant à de fortes doses de radiations, étant donné que le gouvernement revoit à la hausse ce qu’il considère comme niveau de « tolérance ». Beaucoup d’entre eux, vivant dans les zones proches, ont déjà perdu leur famille et leur logement.
Profits exorbitants et complicité du gouvernement
Le tremblement de terre de Tohoku d’une magnitude 9 et les vagues de tsunamis, atteignant par endroits 20 m de haut, étaient des catastrophes naturelles. Mais la crise qui continue de se développer à la centrale nucléaire de Fukushima est uniquement le fait de l’homme, un produit de la rapacité de l’ordre capitaliste, pour lequel seuls les profits comptent et qui n’a que mépris pour la sécurité et la vie humaine.
En tant que socialistes scientifiques, nous sommes en faveur du développement et de l’utilisation des sources d’énergie pour le bien de l’humanité. Lorsque les ouvriers du monde dirigeront la planète, l’énergie sera générée et utilisée de la manière la plus rationnelle, efficace et sûre possible, ce qui impliquera le développement de nouvelles sources d’énergie. Nous avons déjà fait remarquer que les centrales nucléaires comportent des risques particuliers, ce qui mène à recommander qu’elles ne soient pas situées près des concentrations de population ou en l’amont de celles-ci par rapport au sens du vent. Mais on ne peut pas produire de l’énergie qui soit sûre tant que le principe directeur de l’économie sera la course au profit pour une classe d’exploiteurs possédant les moyens de production.
Sous le règne des capitalistes, pour lesquels les travailleurs ne sont qu’une autre forme de matière première à utiliser, les barrages hydroélectriques et les gazoducs ne seront jamais sécurisés contre des accidents de grande ampleur menaçant des communautés entières. Des accidents évitables sur les plates-formes pétrolières et dans les mines de charbon provoquent la mort de nombreuses personnes ; plus discrètement, aux Etats-Unis 1 500 mineurs de charbon à la retraite meurent chaque année de l’horrible « maladie du mineur » (silicose). En 2008 l’essor des biocarburants aux Etats-Unis a provoqué une pénurie de céréales alimentaires, ce qui a contribué au déclenchement d’une crise alimentaire mondiale : produire du carburant à partir d’éthanol de maïs était alors plus rentable que de le cultiver pour nourrir la population.
L’exemple du Japon démontre l’irrationalité inhérente au système capitaliste et souligne la nécessité d’une économie planifiée internationalement dans un monde socialiste. Le Japon est historiquement un pays aux ressources naturelles pauvres et à forte densité de population. Depuis qu’il a fermé sa dernière mine de charbon en 2002, il importe du Proche-Orient près de 90 % de ses besoins pétroliers. S’efforçant d’atteindre l’autosuffisance énergétique, le pays, situé sur plusieurs failles tectoniques, produit près de 30 % de son électricité dans ses 55 réacteurs nucléaires (et projetait d’atteindre 50 %).
Une illustration à plus petite échelle de l’irrationalité du capitalisme : l’un des facteurs contribuant à la pénurie actuelle d’électricité est que les compagnies d’électricité privées, qui de fait détiennent le monopole dans les régions qui leur sont affectées, produisent l’électricité à des fréquences différentes. L’industrie électrique fut apportée au Japon pendant l’ère de la restauration Meiji à la fin du XIXe siècle. Sa construction fut marquée par une concurrence féroce entre les bourgeoisies des différentes régions : celle basée à Tokyo importa des générateurs d’une société allemande utilisant le courant alternatif à 50 hertz alors que la bourgeoisie d’Osaka en importa de General Electric à une fréquence de 60 hertz. Avec seulement trois stations de conversion de fréquence aux capacités limitées, l’électricité produite à l’ouest du pays ne peut être facilement transférée vers l’est.
La société Tokyo Electric Power (Tepco) est l’une des dix sociétés d’électricité au Japon. Quatrième plus grand producteur privé d’électricité au monde, Tepco alimente les régions les plus industrialisées et les plus peuplées du Japon. L’année dernière elle a fait un bénéfice net de 140 milliards de yens (1,3 milliard d’euros), dû pour l’essentiel aux tarifs électriques exorbitants et à la complicité de l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle qui a fermé les yeux sur les infractions à la sécurité. De plus, la société a pris des mesures pour réduire ses coûts : maintenance inadaptée sur des installations obsolètes, employés privés d’équipement de sécurité, utilisation de sous-traitants et d’employés précaires.
En 2002, Tepco a admis avoir soumis, à des centaines de reprises et pendant des années, des données falsifiées sur les rapports d’inspection de ses réacteurs nucléaires. 29 rapports falsifiés concernaient des fissures ou des signes de fissures sur des appareils au niveau du cœur de 13 réacteurs à la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, dans la préfecture de Niigata, et des réacteurs des centrales n° 1 et 2 à Fukushima.
Kashiwazaki-Kariwa est la plus grande centrale nucléaire au monde. Après un tremblement de terre en 2007, Tepco a falsifié les quantités de substances radioactives qui s’étaient échappées dans l’air et en mer du Japon. Par la suite, pour compenser la perte due à la fermeture de la centrale pour inspection et réparations, la société a comprimé les dépenses de maintenance dans toutes ses centrales.
La centrale de Fukushima Daiichi est la plus ancienne installation nucléaire de Tepco. Construite dans les années 1970, elle abrite six réacteurs et repose au-dessus d’une faille tectonique connue. Conçu par General Electric, le réacteur n° 1 de Fukushima Daiichi devait fermer en février. Son autorisation de fonctionnement a été prolongée de dix ans alors que des alarmes avaient révélé la vulnérabilité de son générateur auxiliaire aux dégâts des eaux. L’histoire de cette centrale est jalonnée de pratiques dangereuses, évitant les inspections de sécurité à de nombreuses reprises dans les dix dernières années, y compris deux semaines avant le séisme. Un rapport soumis le 28 février par Tepco à l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle admettait que 33 équipements dans tous les réacteurs de la centrale Daiichi n’avaient pas été inspectés, dont un moteur et un générateur électrique auxiliaire du réacteur n° 1. Autre mesure de réduction drastique des dépenses, la société a choisi de stocker sur site le combustible usagé au lieu d’investir dans des moyens de stockage plus sûrs. Au moment du tremblement de terre, l’équivalent de six ans de barres d’uranium usagé s’étaient accumulées.
Déjà en 1972, l’agence de régulation nucléaire des Etats-Unis avait indiqué que les modèles de réacteur de General Electric étaient plus que d’autres susceptibles de fuites radioactives. Il y a quatre ans une équipe de recherche de Tepco a averti la société que la centrale n’était pas correctement protégée contre les séismes et les tsunamis, notant que ses digues n’étaient pas suffisamment hautes. En étudiant le mode opératoire des séismes dans la région sur plusieurs siècles, l’équipe expliquait qu’un fort séisme et un tsunami étaient depuis longtemps à l’ordre du jour et qu’il y avait 10 % de possibilités que le complexe, vieux de 40 ans, serait dévasté. Les responsables de Tepco ont ignoré ce rapport.
Nous luttons pour une révolution ouvrière au Japon pour arracher l’industrie des mains de ses propriétaires capitalistes gorgés de profit. Dans toute l’industrie nous nous battons pour un contrôle syndical des conditions de travail et, en cas de risques spécifiques, pour des luttes syndicales qui arrêtent les opérations. Ceci nécessite un effort concerté pour syndiquer l’industrie de l’énergie nucléaire, ainsi que les toujours plus nombreux fournisseurs et sous-traitants sans syndicats dans toute la branche. Mais les bureaucrates traîtres à la tête des syndicats se considèrent comme « partenaires » des capitalistes japonais. Cherchant à protéger le système de profit, ils n’agissent pas pour défendre leurs membres, et encore moins la classe ouvrière. Nous luttons pour une nouvelle direction, une direction lutte de classe des syndicats, qui se battra pour l’expropriation sans indemnité des patrons de l’énergie sous un gouvernement ouvrier. L’effort pour forger une direction de ce type fait partie intégrante de la lutte pour construire un parti ouvrier révolutionnaire, dont le but sera de se débarrasser du système capitaliste d’esclavage salarié tout entier.
Les ouvriers de Fukushima
Le 19 mars, le Partisan Defense Committee, organisation de défense associée à la Spartacist League/U.S., a envoyé un courrier à la Fédération des ouvriers de l’industrie électrique, saluant l’héroïsme des ouvriers du nucléaire :
« Le courage et le dévouement des ouvriers de Fukushima Daiichi contrastent singulièrement avec le parasitisme et l’avidité des propriétaires et responsables de Tepco et de leurs porte-parole officieux au gouvernement. Ceux-ci ont mis en danger la population par leur opacité et leur incompétence. La préoccupation primordiale des capitalistes de tous les pays et dans toutes les branches d’industrie, c’est les profits et non pas la sécurité des ouvriers ou l’intérêt de la société dans son ensemble. »
A ce jour, 21 ouvriers auraient été exposés à des niveaux potentiellement mortels de radiations en essayant de reprendre le contrôle de la centrale de Fukushima. Beaucoup plus tomberont malades : le gouvernement a récemment annoncé qu’il faudrait des mois avant que la fuite radioactive ne soit colmatée. Les effets à long terme des maladies dues aux radiations et les divers cancers induits dont souffriront ces ouvriers ne peuvent pas encore être connus, mais il est certain que beaucoup connaîtront une mort douloureuse. Nous exigeons les soins gratuits à vie pour ces travailleurs et leur famille.
Les quelque 400 ouvriers qui risquent actuellement leur vie sont considérés comme jetables par la société. Ils n’ont même pas été suffisamment équipés en dosimètres mesurant le taux de radiation ; certains n’ont reçu qu’une combinaison légère comme de la gaze à la place des équipements de protection individuelle standard ; ils manquent de masques à gaz, de bottes protectrices pour se déplacer, en conséquence des ouvriers sont obligés d’envelopper leurs chaussures dans des sacs poubelles en plastique.
D’après Kazuma Yokota, de l’Agence de sûreté nucléaire et industrielle, ces travailleurs dorment près des réacteurs à même le sol d’un immeuble, couvert d’une tôle contenant du plomb pour bloquer les radiations. Les ouvriers s’enroulent dans des couvertures et dorment blottis les uns contre les autres. Pendant près de trois semaines, jusqu’à ce que cela provoque un tollé, ils ne recevaient que deux repas par jour : le matin, des biscuits et du jus de fruit, le soir, un sachet de riz à bouillir et de la nourriture en conserve. Au début chacun n’avait qu’une seule bouteille d’eau par jour.
Alors que ce pays se targue de ses innovations et de son usage de la robotique, aucun robot n’était disponible à Fukushima. Le professeur Satoshi Tadokoro, le principal chercheur en robots secouristes, a déclaré que son équipe avait travaillé au développement de robots pouvant être utilisés dans ce type de situation, mais que la recherche avait été interrompue. « Les sociétés à la tête des centrales ont indiqué qu’elles n’avaient pas besoin de ce genre de robots parce que leurs centrales nucléaires n’ont jamais d’accident et sont sûres » (cité par le site web du Centre pour la localisation et le secours assistés par des robots de l’université A&M du Texas). Une entreprise française a expédié par bateau des robots immédiatement après le tsunami, mais le gouvernement japonais en a arrêté la livraison parce que l’expédition n’avait pas respecté les normes appropriées.
S’inspirant de ses grands frères General Electric et Westinghouse, qui avaient envoyé au Japon dans les années 1970 des équipes d’ouvriers noirs effectuer des travaux similaires dans les centrales nucléaires, Tepco a pour pratique d’embaucher comme travailleurs temporaires des Burakumin (la caste des « intouchables » au Japon) et des journaliers venant des quartiers miséreux de Sanya à Tokyo et de Kamagasaki à Osaka. Surnommés « tsiganes genpatsu (du nucléaire) », ces ouvriers ne sont pas syndiqués. En général embauchés par des sous-traitants, ils vont d’une centrale à l’autre, travaillent selon des normes d’exposition aux radiations moins restrictives que les ouvriers sous contrat à durée indéterminée, et pour des salaires et avantages sociaux moindres. Dans les années 1980, les tentatives de syndiquer cette main-d’œuvre ont été annihilées par des gangsters qui menaçaient de s’en prendre aux familles des représentants syndicaux.
L’année dernière à la centrale de Fukushima Daiichi, 89 % des ouvriers étaient précaires (New York Times, 10 avril). Leurs tâches « normales » incluent d’enlever avec des brosses et des chiffons la poussière radioactive de centaines de pièces à l’intérieur des réacteurs. Ils sont actuellement en première ligne pour essayer de refroidir la centrale contaminée, prenant un terrible risque personnel.
La croisade réactionnaire pour l’« unité nationale »
Le déplacement soudain de la plaque tectonique du Pacifique sous la plaque nord-américaine a causé le séisme du 11 mars, provoquant une rupture des fonds marins longue de 300 km et large de 150 km. L’île principale de Honshu a été déplacée de 2,5 mètres vers l’est et l’axe de la Terre a été décalé de 10 cm. Les implications politiques et économiques pour la population ont aussi été très visibles, la bourgeoisie utilisant la terrible situation pour mener une énorme campagne d’« unité nationale » afin d’intensifier les attaques contre la classe ouvrière. Tout en travaillant à renforcer l’appareil répressif de l’Etat, la bourgeoisie présente son armée, qui participe aux guerres impérialistes contre l’Irak et l’Afghanistan, sous l’aspect d’une force « humanitaire ».
La colère et la frustration sont largement répandues et justifiées face à l’incompétence flagrante du gouvernement capitaliste suite à la catastrophe et à ses perpétuelles dissimulations cyniques. En tant que marxistes révolutionnaires, nous cherchons à transformer cette méfiance et cette colère en une compréhension plus profonde par le prolétariat qu’il faut renverser cet ordre capitaliste irrationnel par des révolutions ouvrières. Par contre la gauche réformiste cherche à canaliser les divers mécontentements et frustrations des travailleurs et opprimés vers une campagne pour renforcer les illusions dans l’Etat bourgeois.
Inquiet de la colère croissante dans la population contre ses dissimulations, le gouvernement a sorti de son chapeau ce résidu féodal qu’est l’empereur Akihito, pour qu’il fasse sa toute première déclaration télévisée. Cela s’est retourné contre lui, renforçant les soupçons que la situation était hors de contrôle. Crédité de 20 % d’opinions favorables avant le séisme et dirigeant une économie en pire état que celles des autres puissances impérialistes, le Premier ministre Kan, du Parti démocrate – le cinquième en quatre ans – a courtisé l’opposition, le Parti libéral démocrate (PLD) qui a dirigé le Japon pendant des dizaines d’années, pour former un gouvernement d’« unité nationale ». Dans les conditions actuelles, le PLD n’est pas pressé de prendre part aux responsabilités. Le Parti communiste du Japon (PCJ), lui, toujours prêt à montrer sa loyauté envers la bourgeoisie, a annoncé le 14 mars que les prochaines élections municipales devraient être reportées, car selon les propos de Shii, son président, « l’heure est à la mobilisation nationale pour le sauvetage et le redressement, indépendamment des divergences idéologiques. » Le Parti social-démocrate (PSD, anciennement Parti socialiste) estime dans la même veine que la « crise nationale » nécessite « un cadre de collaboration entre tous les partis politiques ».
La militarisation des secours et la gauche réformiste
La déclaration de l’état d’urgence nucléaire a donné le feu vert au déploiement de l’armée, nommée « Forces d’autodéfense » (FAD), plaçant de fait le nord-est du Japon sous la loi martiale. C’est la plus grande mobilisation militaire depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale avec le déploiement de plus de 100 000 soldats et réservistes, 209 hélicoptères, 321 avions et 57 navires.
La législation permettant de mobiliser l’armée si facilement a été élaborée par un gouvernement précédent, la coalition dirigée par le Premier ministre PSD Tomiichi Murayama, après le séisme de 1995 à Kobe. Votée en 1999, la loi rendait obligatoire la militarisation des ports, aéroports et personnels médicaux civils en cas de « situations périlleuses ».
La loi stipule que les pompiers font partie de l’Etat. Mais contrairement aux flics et aux soldats, ce sont des travailleurs qui effectuent un service utile à la société. Nous soutenons les efforts des pompiers japonais pour créer un syndicat qui les représente. Les médias bourgeois ont quasiment passé sous silence les efforts des pompiers et des ouvriers qui travaillent sur les centrales à Fukushima. Par contre les FAD sont présentées comme des héros. Si leur mission consiste officiellement à fournir des moyens de transport et à aider à la distribution des fournitures de secours, la réalité est bien différente.
L’aide et les fournitures provenant d’autres pays sont restées dans les entrepôts pendant des semaines, lorsqu’elles n’étaient pas simplement renvoyées. Des couvertures d’Indonésie ont été refusées au prétexte qu’elles étaient trop minces ; 15 000 tonnes de riz de Thaïlande ont été carrément rejetées. Une tonne de matériel médical en provenance d’Ukraine, y compris des pastilles d’iode, n’a pas été accepté, n’ayant « pas reçu de certification » ; Singapour a dû affréter des camions privés pour livrer l’aide aux zones touchées. Comme après le tremblement de terre de Kobé, lorsque le gouvernement avait retardé la livraison même des biens de première nécessité, les yakuza (crime organisé) ont réussi à remettre des tonnes de matériel aux évacués.
Beaucoup d’évacués se plaignent de n’avoir eu pendant des semaines rien d’autre à manger, pour les plus chanceux, qu’une boule de riz, un bol de nouilles et un peu d’eau. Les syndicalistes et d’autres personnes qui sont allés au nord chercher des proches et apporter des vivres ont rapporté que depuis des semaines l’armée empêche l’aide d’arriver à ceux qui en ont besoin, bloquant les voitures civiles car les FAD doivent « sécuriser les voies de secours ». Des camionnettes de ravitaillement ont été refoulées des autoroutes principales ; les gares ferroviaires et les arrêts de bus seraient sous contrôle des FAD. Dans les villes, grandes et moyennes, les FAD sont aussi déployées en patrouilles « anti-délinquance », aux côtés de la police (Asahi Shimbun, 4 avril).
Les quotidiens bourgeois libéraux Mainichi et Asahi appellent à rationaliser les agences gouvernementales pour créer un système de commandement central similaire à celui qui fut appliqué après le grand séisme de Kanto en 1923. C’est dans les années 1920 au Japon, marquées par les chasses aux sorcières anticommunistes dans le cadre de la « loi pour la préservation de la paix », que les cliques militaristes réactionnaires gagnèrent de l’influence au gouvernement.
Bien dans sa ligne réformiste social-patriote, la plupart de la gauche japonaise soutient les mesures d’« urgence » et se plaint à l’occasion que la militarisation de la société ne soit pas suffisamment centralisée ou efficace. Ce ne sont pas seulement les sociaux-démocrates et les soi-disant communistes qui parlent ainsi : les groupes plus petits, parfois décrits comme la « nouvelle gauche », le font aussi pour l’essentiel. Ces organisations sont historiquement caractérisées par leur choix du « troisième camp » entre l’impérialisme et l’Union soviétique, une mince couverture à leur alignement direct derrière leur « propre » bourgeoisie.
Ainsi la critique principale du groupe Kakumaru contre le gouvernement est qu’il ne mobilise pas suffisamment l’armée pour défendre et protéger la population ; Kakumaru se plaint que « l’armée a été déployée au coup par coup » et trop lentement, et que le « gouvernement, l’armée nationale, les autorités locales comme la police n’ont pas mis en place de centre unique d’information » (Kaiho, 15 mars). Le PCJ et Kakumaru exigent la publication des photos de la zone frappée par le tsunami prises par les satellites envoyés dans l’espace pour espionner les Etats ouvriers déformés de Chine et de Corée du Nord. Kakumaru écrit : « Le gouvernement doit tout d’abord utiliser les capacités de collecte d’information de l’armée nationale japonaise et se servir pleinement des satellites espions pour prendre la mesure complète des dévastations dans toutes les zones » (Kaiho, 15 mars). Kakumaru exige aussi une meilleure collaboration entre l’armée et les flics.
Le groupe Chukaku, lui, prend une posture plus oppositionnelle vis-à-vis du gouvernement, mais relaie l’illusion que l’armée impérialiste japonaise peut être mise au service de la population. Chukaku se plaint que « le maintien de la sécurité nationale a été jugé prioritaire par rapport au secours des victimes et à l’approvisionnement de l’aide [par les FAD], qui sont mis à l’arrière-plan » (Zenshin, 21 mars). Si Chukaku appelle avec raison à un effort « autonome » de la classe ouvrière en soutien aux victimes de la catastrophe, il prétend en même temps que les soldats font partie de la classe ouvrière. Cette idée fait obstacle à ce que le prolétariat parvienne à une conscience de classe élémentaire. Cherchant à aider le capitalisme à redéfinir ses priorités, Chukaku recommande de « réduire les dépenses militaires » plutôt que les subventions pour les familles pauvres. L’orientation réformiste de Chukaku consiste à appeler à ne pas remettre en cause la Constitution et à essayer d’obtenir un gouvernement moins réactionnaire dans le cadre capitaliste ; le principal mot d’ordre de leur déclaration d’urgence du 12 mars est de « lutter contre le néolibéralisme ».
L’une des principales exigences du groupe Kakehashi, parfois identifié à tort au trotskysme, est la fermeture immédiate de toutes les centrales nucléaires. Tout comme les partisans plus traditionnels de l’écologie politique, il considère que la technologie est un problème plus grave que le capitalisme. Kakehashi est aussi en accord avec le PSD qui appelle à « tourner le dos à l’énergie nucléaire ». Le PCJ, de son côté, n’appelle pas à l’abolition du nucléaire ; il a depuis longtemps une position ouvertement nationaliste pour une autosuffisance énergétique du Japon. Même si nous avons la plus grande méfiance envers les industriels de l’énergie et leurs prétentions de disposer de réacteurs nucléaires sûrs sous le capitalisme, nous nous opposons à la croisade contre l’énergie nucléaire en soi.
Les Etats-Unis sont le seul pays à avoir utilisé des bombes atomiques (incinérant Hiroshima et Nagasaki pendant la Deuxième Guerre mondiale, alors que le Japon était en fait déjà vaincu) ; ils répandent maintenant la mort et la destruction en Afghanistan, en Irak et en Libye. Ceci n’empêche pas le gouvernement japonais d’essayer aujourd’hui de présenter sous un jour humanitaire l’armée américaine, qui appelle hypocritement Opération Tomodachi (ami) sa mobilisation militaire suite au tremblement de terre. Les capitalistes japonais cherchent à renforcer l’alliance militaire USA-Japon, qui est d’abord et avant tout une alliance anticommuniste, initialement dirigée contre l’Etat ouvrier dégénéré soviétique et ciblant aujourd’hui la Chine et la Corée du Nord. Avec près de 50 000 soldats américains répartis dans 85 bases militaires sur tout l’archipel japonais, cette alliance est aussi destinée à réprimer les luttes de la classe ouvrière militante dans toute l’Asie.
La bourgeoisie japonaise cherche toujours à en finir avec les sentiments pacifistes de la population – un héritage persistant de la défaite du Japon durant la Deuxième Guerre mondiale – ainsi qu’avec le mécontentement plus récent contre la présence des troupes US à Okinawa et ailleurs, et elle salue l’« opération d’aide mutuelle » avec l’armée US dans la crise en cours. Le ministre de la Défense Kitazawa exultait que « le traité de sécurité Japon-USA sera encore renforcé » (Yomiuri Shimbun, 4 avril). Nous disons : Les troupes des FAD déployées dans le nord du Japon doivent s’en aller ! Nous appelons à écraser l’alliance contre-révolutionnaire entre les impérialismes américain et japonais par des révolutions ouvrières des deux côtés du Pacifique.
Ils veulent faire payer les travailleurs
Possédant la dette publique la plus élevée au monde – le double de son PIB de 425 000 milliards de yens –, le Japon fait face à des coûts de reconstruction estimés dans un premier temps à quelque 4 000 milliards de yens. La destruction de la plupart des routes, des chemins de fer et des ports dans la zone touchée et les trois semaines de délestages électriques tournants dans l’est du pays ont porté un coup sévère à l’industrie japonaise qui a provoqué des répercussions internationales.
La région de Tohoku produisait 8 % du PIB. Elle abritait non seulement des terres cultivables et des fabriques de conserves, mais aussi des usines de pièces pour des sociétés géantes comme Toyota et Sony et des entreprises petites et moyennes alimentant en composants des multinationales comme Boeing, General Motors et Peugeot Citroën. Ces sociétés font maintenant des pieds et des mains pour trouver des composants, après avoir introduit le si vanté système japonais de stock à flux tendu. On estimait que d’ici fin mars la production automobile mondiale allait être réduite de 600 000 véhicules. Les mines et usines de traitement des minerais, telles celles qui produisent 33 % de l’iode et 10 % du titane au monde, ont été gravement endommagées. La Corée du Sud et Taïwan salivent aujourd’hui devant la possibilité de grappiller des parts du Japon sur les marchés des semi-conducteurs et composants électroniques. Les ports, de Rotterdam à ceux d’Asie, s’attendent à des cargaisons retardées et moins chargées dans la période à venir.
En quatre jours après le séisme, la Banque du Japon a versé 23 000 milliards de yens dans le système bancaire pour empêcher la Bourse de s’effondrer. Les zenekon – grandes sociétés de construction aux liens étroits avec les ministères – cherchent déjà à récolter d’énormes profits grâce à la reconstruction. La bourgeoisie est déterminée à faire payer le coût de la reconstruction par la classe ouvrière. Beaucoup de travailleurs ont perdu leur emploi ou sont temporairement au chômage et luttent pour obtenir une indemnité. Le gouvernement et la puissante fédération patronale Keidanren menacent d’augmenter les impôts et de réduire les subventions aux familles pauvres ; ces plans étaient déjà à l’œuvre avant la catastrophe. Maintenant on planifie de faire adopter une législation spéciale qui permettrait au gouvernement d’acheter des terres abandonnées par des victimes de tsunamis par « paiement forfaitaire rapide avant calcul exact des indemnités ».
Les masses déplacées doivent bénéficier d’un emploi – syndiqué, au tarif syndical avec les avantages correspondants –, d’un logement, de vêtements et de tout le nécessaire. Il faut un programme massif de travaux publics pour reconstruire les maisons, services publics, usines et infrastructures. Des comités ouvriers doivent être formés pour empêcher les projets de mauvaise qualité et les mesures de réduction des coûts qui mettent des vies en danger. Ces revendications, manifestement nécessaires aujourd’hui, sont des exemples de revendications transitoires telles que formulées par Léon Trotsky dans le Programme de transition de 1938, le document fondateur de la Quatrième Internationale. Leur raison d’être est de conduire les travailleurs de leur conscience actuelle à la compréhension qu’il faut en finir avec le système capitaliste une bonne fois pour toutes.
Nous appelons à l’expropriation sans indemnité des sociétés d’eau, de gaz, d’électricité sous un gouvernement ouvrier. Au contraire, certains groupes réformistes avancent des revendications de nationalisation sous le capitalisme. Un détour historique est instructif. Au Japon, l’industrie énergétique fut placée sous contrôle direct du gouvernement à la fin des années 1930, précisément pour aider à la mobilisation pour la guerre interimpérialiste à venir, la Deuxième Guerre mondiale. Contre l’opposition féroce des propriétaires bourgeois de ce secteur, le gouvernement, qui exprimait les intérêts plus profonds de la classe capitaliste, a instauré cette mesure dans le cadre de la loi de « mobilisation générale pour l’effort de guerre ». La structure actuelle de ce secteur fut établie après la guerre.
Dans d’autres circonstances, certaines industries capitalistes en difficulté peuvent être nationalisées parce qu’elles sont jugées indispensables au fonctionnement du système tout entier ou dans le but, grâce à l’argent public, de les moderniser et de les rendre plus rentables. En Grande-Bretagne, après la Deuxième Guerre mondiale, beaucoup d’entreprises en faillite furent nationalisées et leurs anciens propriétaires grassement indemnisés, alors que les travailleurs recevaient de maigres salaires et payaient des impôts élevés. Si nous nous opposons aux privatisations, qui s’accompagnent toujours d’attaques contre les syndicats, les salaires et les conditions de travail, le programme social-démocrate de nationalisations capitalistes n’a rien à voir avec la lutte pour arracher les moyens de production des mains des capitalistes par la révolution socialiste.
Aujourd’hui la réaction des syndicats souligne les contradictions au sein de ces organisations ouvrières. Les syndiqués de base ont montré un énorme élan de solidarité avec les victimes de la catastrophe, souvent accompagné d’une certaine volonté d’action indépendante. Beaucoup de syndicats collectent pour aider leurs membres et certains organisent leurs propres moyens de transport pour faire parvenir directement l’aide. En même temps le programme politique de la direction des trois centrales syndicales – Rengo, Zenrokyo et Zenroren – est de sacrifier les intérêts des travailleurs sur l’autel de l’« unité nationale » avec la bourgeoisie.
Dans cet ordre, plusieurs syndicats ont annoncé l’ajournement ou l’annulation des négociations salariales annuelles shunto. Alors que les travailleurs de Fukushima risquent leur vie en essayant de reprendre le contrôle de la centrale, leur direction syndicale renonce lâchement à toute demande d’augmentation de salaire ou d’amélioration des conditions de travail et de sécurité (Asahi Shimbun, 31 mars). Le syndicat des dockers, Zenkowan, a annulé une grève en mars, se joignant à la campagne d’« unité nationale ».
Si les groupes réformistes dénoncent régulièrement la direction droitière de Rengo, qui dans l’ensemble soutient politiquement le Parti démocrate bourgeois, ils se taisent sur la collaboration de classes que pratique la direction de Zenrokyo (lié au Parti social-démocrate) et de Zenroren (lié au PCJ). L’appel aux dons de Zenroren a été suivi par de nombreux travailleurs dans tout le pays et à l’étranger. Il est scandaleux que la direction syndicale ait remis cet argent aux gouvernements capitalistes municipaux de Miyagi, Iwate et Fukushima, autrement dit à ceux qui depuis des années couvrent les infractions à la sécurité de Tepco. En effet l’appel de Zenroren commençait en exprimant le « respect » de Zenroren pour le gouvernement qui soi-disant travaillait « nuit et jour » au problème de la catastrophe.
Il est urgent de mobiliser la classe ouvrière indépendamment de la bourgeoisie et de son Etat, notamment pour organiser rapidement une mobilisation massive des aides et leur distribution. Mais les dirigeants traîtres des syndicats, qui acceptent le cadre du capitalisme, s’opposent à cette perspective. Il n’y a pas d’intérêts communs entre d’un côté les travailleurs et opprimés, et de l’autre les capitalistes et leur gouvernement. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! La mort, la destruction et les épreuves endurées par les travailleurs japonais suite au désastre montrent clairement que le prolétariat doit prendre le pouvoir d’Etat des mains de la bourgeoisie, à l’échelle mondiale. Pour la construction d’un parti ouvrier révolutionnaire ! Pour une république ouvrière au Japon, dans une Asie socialiste !
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/196/japon.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Les cimetières de voitures abandonnées en France - Urbex ... Le responsable des ventes 1/2 - Négociation - digiSchool TD de négociation commercial - Méthode de Vente - YouTube Comment négocier le prix de sa voiture ? LE PLUS FILOU DES NÉGOCIATEUR DE VOITURE 🤑 - YouTube

la prospection et le suivi de clientèle, la communication, la négociation, le droit… Deux heures dédiées à la spécificité automobile abordent autant la vente de véhicules que de pièces de rechange ou d’accessoires. Les connaissances sont testées par des contrôles et un examen blanc. 22000 e marge de négociation possible . 24/04/2018 . ... VENTES ET ACHAT DE VÉHICULES TOUTES MARQUES ASSURANCE TEMPORAIRE DE 1 A 90 JOURS ... Soyez le premier à savoir et laissez-nous vous envoyer un courriel lorsque Vente de voitures En Europe pour le Cameroun. publie des nouvelles et des promotions. Votre adresse e-mail ne sera pas ... En mai de cette année, je ai décidé de chercher une voiture d'occasion en ligne. Un des sites qui me ont le plus impressionné, ce est le site tradecarview.com. Ce est une plaque tournante pour l'importation de voiture véhicules d'occasion. Il y a toujours de nouvelles compétences à apprendre, des produits à apprendre, des perspectives d'appel et des clients à suivre. Cependant, beaucoup de gens dans les ventes d'automobiles se plaignent que les longues heures exigées de la plupart des concessionnaires créent souvent des heures interminables sans rien à faire. Pour faciliter la gestion de vos achats de voitures d’occasion, Autobuy propose de centraliser vos achats sur un seul et même site.Grâce à un espace réservé aux à la vente de voitures pour professionnels, vous pouvez gagner du temps et acheter une voiture d’occasion en ligne simplement et facilement, sans vous déplacer.. Notre centrale d’achat de voitures pour professionnels en ...

[index] [434] [7013] [4697] [4555] [1421] [153] [1562] [5395] [6286] [7189]

Les cimetières de voitures abandonnées en France - Urbex ...

Exploration, seul, de plusieurs cimetières automobiles abandonnées en France, trouvés sur mon chemin avec Google Maps. Ces quelques endroits, méconnus de l'e... Frédéric Charpentier, chroniqueur automobile à l'émission Salut, bonjour! Week-end, à TVA, donne des conseils pour mieux magasiner une voiture neuve chez un ... Négociation commerciale (pour la vente), négociation collective ou sociale, négociation de salaire... Bref, des méthodes pour devenir un bon négociateur dans la vie de tous les jours. Ce mec est un génie pour négocier une voiture d'occas' ! La fin en vaut le détour !! Voici la vidéo qui fera l'objet de notation. C'est un cas ou le vendeur doit vendre un ipad air 2

http://arab.xomining.website